Le site d'un chrétien qui participe au combat de l'antisémitisme sous toutes ses formes

Les Juifs et le très protéiforme Judaïsme n'ont cessé de me préoccuper tout au long de mon enseignement et dans toute ma recherche.  Théologiens chrétiens et historiens du Christianisme n'échappent évidement pas à l'obligation de bien connaître le tronc sur lequel a été entée la tradition chrétienne, et s'ils tentaient de le faire, ce ne serait pas bon signe.

La découverte de l'histoire de l'antisémitisme m'a personnellement profondément bouleversé. Surtout là où je découvris que cet antisémitisme n'avait pas épargné ma propre tradition, protestante en général, et méthodiste en particulier.

 

Trois de mes publications mettent en lumière l'attitude, parfois positive malgré une problématique ambiguïté qui incontestablement demeure,  que l'on peut observer au sein de la tradition méthodiste lorsqu'on soumet cette dernière au même examen critique que celui dont a fait preuve, par exemple, Luther ou le Luthéranisme.

 

Ce sont, dans l'ordre chronologique, les publications suivantes: 

  • Methodismus und Judentum: Die Last der Vergangenheit, in: Mitteilungen der Studiengemeinschaft für Geschichte der Evangelisch-methodistischen Kirche, 17 (Neue Folge), 1996, pp. 8-25.
  • Evangelisch-methodistische Sonntagspresse in der Schweiz 1933-1948, besonders in ihren Äußerungen zum Judentum, Zürich (Evangelisch-methodistische Kirche in der Schweiz) 1999 (84 pages).
  • Michel Weyer, Kein Ruhmesblatt methodistischer Geschichte. Die "Judenfrage" im deutschen Methodismus. In: Daniel Heinz (Hg.), Freikirche und Juden im "Dritten Reich". Instrumentalisierte Heilsgeschichte, antisemitische Vorurteile und verdrängte Schuld, Göttingen (V.& R unipress) (Kirche-Konfessionn-Religion 54), 2011, pp. 103-126.

Ce dernier texte tient compte de mes recherches antérieures et s'y réfère souvent. C'est cette publication plus récente que je mets à la disposition des visiteurs de mon site.

Télécharger
Kein Ruhmesblatt methodistischer Geschichte
Kein Ruhmesblatt methodistischer Geschic
Document Adobe Acrobat 211.0 KB

Depuis le temps d'errements qu'il a pu connaître à l'instar de bien d'autres dénominations chrétiennes,  le Méthodisme a confessé ses fautes et souscrit de tout cœur à une redéfinition radicale de la conception de la relation entre Eglise et Israël.

 

En 2001, envoyé comme délégué méthodiste à à Belfast où se tenait la 5ème Conférence de la Communauté des Eglises dites de la Concorde de Leuenberg, il m'a été demandé d'exposer publiquement ce que le document "Eglise et Israël", adopté à cette occasion, impliquait comme conséquences à tous les niveaux pour le Méthodisme Uni (United Methodist Church) dont j'étais alors encore l'un des pasteurs-enseignants en fonction. 

 

Ma conviction demeure plus actuelle que jamais: la réflexion sur la relation entre Eglise et Israël, tout en se montrant critique, doit résister à toutes les épreuves. Ces dernières sont aujourd'hui plus nombreuses que jamais.